28/12/2007

Affluence dans le point d'accueil chauffé de l'association Notchlejka à Saint-Pétersbourg

034fe8de396010a922f6364ac0848fef.jpg


Chaque nuit plus de 60 personnes sans abri se réfugient dans la tente chauffée de l'association Notchlejka

Le point d’accueil provisoire chauffé a été créé pour protéger et sauver la vie à des personnes sans-abri pendant la période hivernale quand le risque de mourir de froid est maximal.

Chaque nuit, à partir de 21 heures, toute personne peut demander de l’aide, être hébergée, recevoir un repas chaud et une consultation avec un travailleur social. A partir de 8 heures, chaque sans abri reçoit un petit déjeuner chaud et peut profiter d'une consultation médicale.


Le point d’accueil chauffé est assuré dans une tente d’hiver de l’armée d’environ 60 m2 que Notchlejka a acheté grâce au soutien de l'ACER-RUSSIE. Elle est chauffée par un poêle et peut chaque nuit accueillir plus de 40 personnes. Actuellement elles dorment dans des fauteuils ou sur des tapis. Un purificateur d’air a été installé.
8f4842530edfed644962701c763ffdaa.jpg



Un travailleur social y passe la nuit, assure l’accueil et tente de faire le point sur chaque cas pour ensuite entreprendre des démarches et résoudre les problèmes. Si cela est nécessaire la personne sans abri peut recevoir des vêtements chauds et propres.

780e05482b5bb10246e7d011dc4051a0.jpg



Un travailleur social organise le suivi sanitaire des personnes accueillies et les dirige sur les services médicaux adaptés aux pathologies. Un dépistage de la tuberculose est assuré et transmis au dispensaire de turberculose n°8 de la ville qui fait les analyses et assure le suivi médical. A la fin du service de nuit, la tente est nettoyée et désinfectée.
Le matin, le sans-abri peut s’adresser à la consultation de jour de l’association Notchlejka qui se trouve dans les locaux de l’association à une dizaine de mètres de la tente.


Il est prévu que le point d’accueil fonctionne de novembre à avril. La place manque et une seconde tente fait cruellement défaut.
Adressez vous dons à l'ACER-RUSSIE, avec l'indication "Tentes de l'espoir"
Merci à tous

0262583954f90361112572dbde6215f9.jpg




Situation à Saint-Pétersbourg

Chaque année, d’octobre à avril à Saint-Pétersbourg en raison de la combinaison de plusieurs facteurs climatiques défavorables (froid, humidité, vent, averses), des dizaines de personnes succombent au froid ou aux maladies qu’il engendre, des dizaines de personnes deviennent handicapées après être amputées suite à des gelures.

L'année dernière le froid ne s'est installé à Saint-Pétersbourg à partir du mois de janvier, les chiffres donnés par le Samu furent consternants. Dès le 7 février, 64 personnes ont été victimes de gelures, 1225 de pathologies dues au froid et 4 sont décédées. Selon les dires des sans-abri, on peut estimer que le nombre de victimes se comptera par dizaines. En janvier, les travailleurs sociaux de l’autobus de Notchlejka ont chaque jour conduit à l’hôpital des SDF souffrant d’engelures. L’infirmière du centre d’accueil de jour de Notchlejka fait chaque jour une quinzaine de pansements pour des engelures.

Malheureusement, le système de protection sociale en vigueur à Saint-Pétersbourg n’assure pas sa mission de protéger les personnes contre le froid.

Dès août 2006, l’association Notchlejka a attiré l’attention du gouverneur de Saint-Pétersbourg, de l’évêché et de l’assemblée constituante pour leur proposer de créer un point d’accueil chauffé pendant les mois d’hiver. En janvier 2007, aucune mesure concrète n’avait été prise. Face à une situation d’urgence, Notchlejka a pris la décision d’organiser elle-même un lieu d’accueil chauffé temporaire.
8f06ced38d268d7ac53fb5f90e48ea98.jpg



La situation générale des sans-abri à Saint-Pétersbourg est loin d’être idéale. Selon les statistiques, environ 8000 personnes vivent quotidiennement dans la rue. Pour les accueillir, seulement 200 places sont prévues dans des centres d’accueil municipaux, auxquels s’ajoute une centaine de places proposées par des associations et des organisations religieuses. La majorité des sans-abri vivent dans des caves ou des greniers Beaucoup d’entre eux n’ont pas la possibilité de se désaltérer et encore moins d’avoir des repas chauds. Se laver gratuitement dans les bains public ou avoir accès à un service d’hygiène minimum est impossible.

Le problème de réinsertion des personnes sans domicile est directement lié au caractère discriminatoire de la législation russe qui prive toute personne qui n’est pas enregistrée de l'accès aux droits constitutionnels fondamentaux. Le sans-abri sans enregistrement n’a pas le droit de travailler, de recevoir des allocations de vieillesse ou d’invalidité, ne peut recevoir d’aide médicale gratuite ou avoir recours à la justice.

Faute à l’absence de prise en charge sociale et médicale, la durée moyenne de vie dans la rue des personnes sans-abri Saint-Pétersbourg est estimée à 3 ou 4 ans.


«Пункт обогрева», открытый в октябре на Боровой 112 Б, переполнен. Не смотря на то, что сильных морозов еще не было, в теплую палатку приходит ночевать более 60 человек. "

Sources Maxime Egorov "Notchlejka"

Les commentaires sont fermés.