20/12/2010

Natalia Gorbanevskaya

Gorbanevskaya O de S 001.JPG

 

Chers amis, 

 

Un mot sur la soirée de vendredi 17 Décembre, première séance du cycle que nous allons tenter d'organiser autour de dissidents. Malgré les montées de fièvre et les chutes de neige, la salle était pleine. Nous avons dû installer des chaises dans la petite église jouxtant la salle de conférence.  Natalia Gorbanevskaya, avec la précision et la modestie qui la caractérisent, a évoqué (en français) les points suivants : 

 

- L'invention et la signification du mot "dissidence".

- La naissance de sa vocation de défenseur des droits de l'homme : la diffusion en samizdat de la poésie non-autorisée, les rencontres avec Anna Akhmatova (chez qui elle a recopié Requiem, poèmes sur la terreur stalinienne) et avec de jeunes poètes. Bref, la poésie comme fil directeur vers l'action civique.

- L'effet de boule de neige qui a commencé à jouer avec les premières arrestations, les procès, les récits des camps, les lettres de protestation, les manifestations sur la Place Pouchkine à Moscou... Natalia a donné un tableau très précis et vivant de l'émergence du mouvement pour les droits de l'homme dans les années 1950-1960. Elle a insisté sur le caractère individualiste et éthique de cette démarche.

- La Chronique des événements en cours (que l'on peut consulter, en russe, à l'adresse suivante : http://www.memo.ru/history/DISS/chr. Voir notamment le n° 15 sur le procès de Natalia Gorbanevskaya) que Natalia a créée et dont elle a été le premier rédacteur jusqu'à son arrestation. 

- La manifestation sur la Place Rouge du dimanche 25 Août 1968, avec sept autres personnes, pour protester contre l'invasion de la Tchécoslovaquie par les troupes du Pacte de Varsovie. Elle a raconté le déroulement de la manifestation, a insisté sur la honte dont elle est parvenue à se décharger durant ces quelques minutes de liberté et sur la joie éprouvée de se sentir en accord avec sa conscience. 

 

Fatiguée par une heure et demi de conférence, Natalia a arrêté son récit en 1969, année durant laquelle elle a eu le temps d'écrire Midi Place Rouge, récit de la manifestation et du procès de ses participants. Elle a répondu à quelques questions. Mais elle n'a pas eu le temps d'évoquer son arrestation fin 1969, sa détention, la répression psychiatrique, la libération, le départ en France en 1975, la manière dont elle a vécu la Perestroïka et la chute de l'URSS. Elle n'a pas non plus eu le temps d'analyser la situation actuelle en Russie, évoquant seulement le report du verdict dans le procès Khodorkovski. Bref, nous allons laisser passer quelques mois et certainement réinviter Natalia pour écouter la suite.

Vers 10 heures, elle a dédicacé ses ouvrages, tandis que l'on pouvait acheter des livres sur la dissidence au stand installé par la librairie des Editeurs Réunis. Le buffet russe s'est immédiatement ouvert. Une très belle soirée. 

 

Pour en savoir plus, il faut se reporter au livre Midi Place Rouge (Robert Laffont, 1970), disponible sur les sites de vente en ligne. 

 

Je vous tiendrai informé de la suite des événements.

 

Merci beaucoup à tous ceux qui sont venus, ont participé, aidé, se sont intéressés... A bientôt et bon Noël.

 

Michel E.

 

 

15/12/2010

Natalia Gorbanevskaya "Dissidence d'hier et d'aujourd'hui

natalia-gorbanevskaya-1967.jpg

L’ACER-MJO et l’ACER-Russie ont le plaisir de vous inviter

le vendredi 17 Décembre 2010 à 20 heures

à une soirée exceptionnelle à la Maison de l’ACER-MJO
91, rue Olivier de Serres. Paris, 15e. Métro Convention ou Porte de Versailles

Dans la série « La dissidence d’hier à aujourd’hui », nous recevons  (en français)

Natalia Gorbanevskaya

 

Natalia Gorbanevskaya

Natalia Gorbanevskaya évoquera son activité de de dissidente en Union Soviétique, sa découverte de l’Occident et la situation actuelle de la Russie.

Natalia Gorbanevskaya est née en 1936 à Moscou. Poétesse et traductrice, elle crée la publication clandestine « Chronique des événements en cours ». Le 25 août 1968 elle manifeste avec sept citoyens soviétiques sur la Place Rouge afin de protester contre l’invasion des forces du Pacte de Varsovie en Tchécoslovaquie. Immédiatement interpelée, relâchée, arrêtée de nouveau en 1969 pour d’autres activités dissidentes, elle est enfermée dans un hôpital psychiatrique spécial jusqu’en 1972. Elle émigre en France en 1975 et vit depuis à Paris.

Les dissidents soviétiques ont tout risqué dans leur lutte contre la dictature communiste. Refusant l’action violente ou la clandestinité, ils ont choisi dans la deuxième moitié du XXe siècle de témoigner à visage découvert contre les abus et les mensonges d’un système. Ils en ont payé le prix : surveillance, brimades, intimidations, chantages, expulsion du pays, arrestations, prison, hôpital psychiatrique, camp de travail ont été leur lot jusqu’à la fin des années 1980. A partir de la perestroïka, leur discours a été repris par les dirigeants réformateurs. Mais eux ont pratiquement disparu de la scène politique et sociale.
Et pourtant, ils sont toujours là. Ils voyagent, écrivent et signent des tribunes contre le régime de Poutine ou pour la libération de prisonniers politiques dans le monde. Si nous avions oublié la brutalité d’un système oppressif, ils peuvent en témoigner et révéler ce qu’ils ont vécu. Du coup, ces dissidents peuvent également aider à mieux appréhender le temps présent : nous éclairer sur la Russie contemporaine, l’Europe et les nouveaux combats pour la liberté dans le monde.
Nous proposons de les écouter se raconter et livrer leur analyse sur les « événements en cours », pour reprendre le titre d’une célèbre chronique dissidente. Nous débutons ce cycle de soirées-débats à la maison de l'ACER-MJO en recevant Natalia Gorbanevskaya.

Entrée libre. Merci de faire passer le message aux personnes intéressées
La soirée se déroulera en français et sera suivie d’un buffet.

A lire. Natalia Gorbanevskaia, Midi Place Rouge, Robert Laffont, 1970.

14/12/2010

Succès du Marché de Noël !!

Marché Noel 2010 003.JPG

 

Le Marché de Noël a été dévalisé dès les premières heures !

Les pirojki furent les premiers à disparaitre, suivirent les matriochki, les objets en bois, la vaisselle, les livres et les innombrables cadeaux présentés lors de cette journée festive!

Merci à tous les bénévoles qui ont assuré le succès de cette journée ainsi qu'à tous les visiteurs qui sont partis les bras chargés de paquets.